jeudi 29 novembre 2007

L'aventure FarWest

Thanksgiving est une fête traditionnelle américaine et familiale qui se fête tous les ans, le quatrième jeudi du mois de Novembre. Nous avons décidé de voyager vers le Sud Ouest américain, à la découverte des grands espaces et des parcs nationaux de l’Arizona et de l’Utah. 5 jours de road trip et 1600 kms au compteur de la Kia ... Que du bonheur à vous faire partager en texte et en images !

-------
Jour 1:
-------
Notre road trip démarre sous les paillettes de Las Vegas où nous nous retrouvons vers 10h30 du matin. Nous sommes de suite mis dans l’ambiance du jeu avec des machines à sous dans l’aéroport. Las Vegas ?! c'est facile : premièrement un aéroport énorme pour accueillir les milliers de joueurs venus du monde entier ; deuxièmement, une rue appelée Strip qui comme son nom l’indique invite à y perdre sa chemise (dans tous les sens du terme).

Les américains ont créé l’illusion de l’Egypte, de New York, de Paris, de Rome et Venise, de Disney ... et des casinos, des casinos, des casinos ! On y croise aussi des personnalités comme Elvis…Ooooooh Yeeaaaaaaaah. Même le motel 6 a revêtu son logo flashy scintillant ! Nous ne nous attardons pas dans cet univers d’"entertainment à l’américaine" qui ne colle pas vraiment à ce que nous recherchons.

Un petit tour par un magasin de M&Ms et de Coca-Cola puis nous prenons la route vers Kingman (Arizona). Sur le chemin, nous passons le Hoover Dam, un des plus grand barrage du monde construit entre 1931 et 1935.

L'itinéraire


-------
Jour 2:
-------
Levés par des sifflements de locomotives, nous nous réveillons à Kingman au milieu de nul part. Il fait froid, la végétation a disparu, il ne reste que de la terre rouge et des arbustes. L’aventure Farwest commence, direction Grand Canyon ! 2h30 de route pour arriver à destination.

Beaucoup de monde, le spectacle est magnifique ! Le paysage nous rappelle immédiatement que l’Homme est minuscule. Nous décidons alors de nous lancer dans une randonnée (South Kaibab Trail) pour admirer le Grand Canyon et avoir une vue de l’intérieur. On y croise des mules et des trekkeurs. Arrivés en bas, nous pique- niquons sur un rocher perché au dessus du vide.

Nous contemplons la beauté de la nature en attendant le coucher de soleil. Les couleurs rouge/orange foncent de plus en plus jusqu’au levée de Lune sur le plateau désertique. La nuit tombée, nous prenons la route vers Kayenta pour 2h (Arizona).

-------
Jour 3 :
-------
Kayenta, est un village situé dans le Navajo County, terre des indiens sur le plateau du Colorado. On y a merveilleusement bien mangé, ce qui nous a changé de l’éternel burger frites. Nous nous dirigeons vers Monument Valley, la 8ième merveille du monde à ce qu’on lit partout sur les panneaux routiers. Ah làlà, ces américains… Ils vont cependant avoir raison cette fois-ci car l’endroit est tout simplement magiiiiiique !

Le parc est régi par les indiens qui tiennent à préserver leur environnement et ce qui reste de leur passé. Nous prenons une piste de terre rouge pour nous approcher des buttes au volant d’une super Kia, pneux 4*4 et boite séquentielle. Le plateau a été érodé par le temps (l’eau et l’air) et les buttes ne sont plus que les restes. Les couleurs rouges de la roche proviennent en fait de l’oxyde de fer et du manganèse. En paysage de fond, nous apercevons les Rocky Mountain du Colorado.

Pas de coyote, nous restons sur nos gardes au cas où il préparerait une farce du haut d’une falaise (Un petit extrait pour les fans !!!). Radio allumée, nous captons l’unique fréquence qui diffuse des chansons de cowboys assez délirantes. Ca y est, nous sommes bien dans le farwest…. Bip bip…

Repartis en direction de Natural Bridges National Monument, nous faisons un stop à la station essence de Mexican Hat. Nous avons eu une grosse frayeur car notre réservoir était vide et à première vue, le village semblait vraiment petit. Nous avons cru à la panne en plein désert ! Dans cette région de l’Arizona beaucoup moins fréquentée (voir vide), les villages se résument à quelques maisons (4 ou 5) et une énorme station d’essence toute moderne. A la sortie du village, nous photographons le Mexican hat qui est en fait une butte en forme de chapeau mexicain !!! Evident non !?

Nous arrivons à Natural Bridges situé dans l’Utah où s'y trouvent trois ponts naturels remarquables, dont le dernier est un arche. Ils portent des noms hopi (groupes des Indiens Pueblos d’amérique du nord, voisins des Apaches, des Navajos, des Papagos et des Zunis) : Kachina, Owachomo et Sipapu. Ces ponts se sont formés par érosion de la roche par l’eau créant au fur et à mesure des tunnels puis des ponts... La nuit tombe à 17h dans cette région et il est alors temps de nous diriger vers notre étape de nuit à Ticaboo tout près du Lac Powell. Sur la route, le paysage est toujours somptueux. Malgré le nombre de kilomètres, nous ne nous ennuyons jamais. Les paysages changent assez rapidement et c’est à chaque fois une nouvelle découverte accompagnée d’un Woaaaah...

-------
Jour 4 :
-------
Levés à l’aube, nous attaquons très fort la journée avec la traversée du Grand Staircase Escalante National Monument sur une piste dénommée Burr Trail. C’est une route scénique majestueuse qui se fait facilement en kia 4*4. Là encore, les paysages défilent sans laisser de temps pour une petite sieste. C’est un paradis pour géologues et autres amoureux de la Terre. Je me surprends à faire des phrases à la Nicolas Hulot pfooouuu pfrrr pfouuu (à voir dans les vidéos).

Après 5h d’émotions intenses, nous voici à Bryce Canyon National Park dans l’Utah. Le nom est impropre car, plutôt qu'un canyon, il s'agit d'un gigantesque amphithéâtre naturel créé par l'érosion. L'endroit est rendu unique par ses formations géologiques, les hoodoos, crées par l'action du vent, des précipitations et du gel. Les roches prennent ici des couleurs exceptionnelles allant du rouge au blanc. Bryce Canyon se trouve à une altitude plus élevée (entre 2400 et 2700 mètres) que d'autres sites naturels de l'Utah tels que le parc national de Zion (en jour 5).

Ce qui nous a souvent choqué avec Ben, c’est que dans les guides américains, les parcs sont dits découverts par des Mormons à la fin du 19ième siècle alors que les Indiens y vivaient déjà depuis des centaines d’années. Nous avons aussi appris que le président Théodore Roosevelt avait beaucoup contribué à la préservation des espaces naturels et de la faune en créant les bases du système des parcs nationaux, des monuments nationaux et des forêts nationales.

Un petit trail de 2 heures nous emmène dans les méandres des Hoodoos et dans l’interstice de deux parois rocheuses très raides appelées Wall Street. Comme à New York, notre regard est tourné vers le ciel. Coucher de soleil au Bryce Point avec vue sur l’ensemble du site. Et là, spéciale dédicace à Ben : les gardes-corps en acier ont été fabriqué à Youngstown - Ohio, le nom de la ville étant gravé sur la rambarde. Trop fort !

-------
Jour 5 :
-------
J’ai le droit à une grasse matinée (réveil à 7h30 !). Nous nous dirigeons vers Zion National Park à seulement 30 minutes. "Zion" vient d'un ancien mot hébreu signifiant "refuge" ou "sanctuaire". Le parc recèle de trésors naturels tels que des canyons en grès rouge-orange et des falaises en grès blanc. Il jouxte le plateau du Colorado, le Grand Bassin et le désert des Mojaves.

Nous choisissons de faire une randonnée de 5 heures appelée « Angels Landing », le nom nous fait rêvé (l’arrivée des anges). Niveau de difficulté : strenuous ! (ardu, dynamique, fatiguant, très difficile, si si tout çà à la fois en français). Après une montée de plus d’une heure, nous arrivons sur un plateau laissant découvrir la deuxième partie du trek : l’ascension d’une falaise de 350 mètres de hauteur!!! Je m’arme de courage pour faire le début de l’escalade en m’aidant d’une corde (très bonne idée qu'elle soit là d'ailleurs) mais je ressens de plus en plus la peur. C’est au moment où je pose le pied sur un rocher avec d'un côté : le vide et de l'autre : le vide, que je me dit : « je n’y arriverai pas ! ». Paralysée de peur, je renonce ! Benjamin, lui ?! no fear !!! il continue à jouer Cliff Climber pour arriver en haut, où se pose les anges !

Sur le chemin du retour, nous croisons deux rangers nous expliquant qu’il est très courant (voir quotidien) de secourir des gens paralysés par la peur. Dans ce cas, ils les escortent et descendent progressivement la falaise avec eux. Pour ma part, j’ai été très contente d’arrêter au moment où je savais que je n’y arriverais pas. Pour Ben, je crois qu’il a gardé de cette randonnée un beau souvenir car il a pour une des premières fois de sa vie frôlé le paradis. Et tout le monde sait très bien qu’il est loin d’être un ange ;-)

Q pour B&Q USA news.

vendredi 16 novembre 2007

Nicolas Sarkozy @ Washington DC

Visite du Président de la République, Nicolas Sarkozy, à l'Ambassade de France de Washington DC.
Extrait de son discours du mardi 6 novembre 2007 devant la communauté française.

video

lundi 12 novembre 2007

Detroit, le berceau de l'automobile

Si la France roule en Peugeot, Renault ou Citroên, les américains roulent en Ford, General Motor et Chrysler… Ce week-end, nous sommes partis à la découverte du berceau de l’industrie automobile américaine. Detroit, the Motor City.

La ville a connu ses années glorieuses. Nous avons visité la magnifique propriété d’Edsel & Eléonore Ford (un mélange d’architecture anglaise et de modernisme avant l’heure), marché entre les gratte-ciels au nom des bastions automobiles et roulé (en Ford Focus) autour des grandes usines Chrysler au nord de la ville. Mais ce qui frappe, ce n’est pas le glorieux mais le piteux état du reste : usines et buildings abandonnés, routes dévastées, quartiers en ruine. La facheuse habitude américaine de ne pas détruire ce qui ne sert plus donne l’impression d’être dans un pays pauvre. La vague asiatique est passée par là et a litteralement emporté l’emploi et finalement la richesse. Bref l’ambiance est bizarre.

Le dimanche, nous nous plongeons dans l’histoire au Musée Henry Ford de Dearborn implanté au milieu d’une ville-usine à l’ouest de la ville (centres de recherche, centres de fabrication et pistes d’essai Ford sur des kilomètres). Le musée expose principalement des voitures comme les célèbres Lincoln des présidents américains avec notamment celle véhiculant JFK lors de son assassinat. D’autres voitures mythiques comme la première Ford Mustang ou le premier truck V8. Nous avons aussi découvert le lien étroit de Ford avec l’aéronautique : le premier avion construit en 1906 était équipé du moteur de la Ford T !!!

Bisous des américains. Ben pour B&Q

samedi 10 novembre 2007

Chicago ... nous oeuvrons pour demain !

Chicago, dans l’Illinois est la troisième plus grande ville des États-Unis, elle est située dans la partie nord du Middle West, sur la rive sud-ouest du lac Michigan. C’est en compagnie de Nadjia, Catherine et Benjamin que nous avons visité cette « windy city », empire du blues et de la deep dish pizza.

C'est son climat autant que son passé politique agité qui lui ont valu le surnom de la « Ville des vents », du fait de son incapacité d'inaugurer à temps l'Exposition universelle de la célébration du 400e anniversaire de l'arrivée de Christophe Colomb sur le continent. Celle-ci fut inaugurée un an plus tard, en 1893 ! Ce surnom signifiant en fait « qui brasse de l'air », lui fut donné par la presse de New York, et bien que péjoratif, lui est resté. Il correspond aussi à sa situation climatique. La première signification a en effet tendance à s'estomper dans la mémoire collective.

Chicago est également surnommée la « Ville aux larges épaules », car elle a été reconstruite en 1871 après un grand incendie (soit disant à cause d'une vache nommée Marguerite qui a fait tomber une lanterne). Elle a acquis une grande renommée culturelle grâce à son architecture de gratte-ciel et attire des millions de visiteurs chaque année. Chicago a presque définitivement fait oublier sa mauvaise réputation, héritée de la période agitée de la prohibition dans les années 1930, quand les activités d'Al Capone et de la pègre lui valurent le surnom de « Capitale du crime ».

extraits du site Wikipédia ~Q

mercredi 7 novembre 2007

Adrenaline et Rêves

Et voilà, l'Ohio s'est définitivement tourné vers l'Hiver : je viens d'acheter mon grattoir, ma pelle et les chaînes de voiture en attendant la neige qui ne doit pas tarder. C'est aussi la fin de la saison de parachutisme.

Après quelques années d'attente, j'ai pu enfin réaliser un de mes rêves : sauter d'un avion. Premier saut en juin jusqu'au 15ième mi octobre. J'ai en fait commencé un programme de 25 sauts pour lesquels je suis accompagné d'un coach : préparation des exercices en chute libre, saut à 2 et débriefing video. Cela me mènera l'année prochaine à ma license A pour commencer les sauts en groupe.

J'ai donc compilé une petite vidéo de 20 min : Adrénaline et Rêves.

L'adrénaline

Il y a généralement 3 étapes où je sens les effets de ces fameux rush d'adrénaline :

1 - pendant les 15 minutes en avion. Le rush est maximum. Tout s'accélère dans ma tête : mais pourquoi sauter d'un avion en parfait état ? Vais je me rappeler de la position dans l'air pour être stable... Je vérifie mon équipement plusieurs fois. Quand la porte s'ouvre, l'adrénaline laisse place à l'excitation...

2 - après l'atterissage... c'est une sorte de délivrance. J'ai un sourire jusqu'aux oreilles qui reste une bonne dizaine de minutes. Un énorme sentiment d'accomplissement mais aussi les mains qui tremblent encore. Une envie de parler et de raconter ce qu'il s'est passé.

3 - en fin de journée. La fatigue se fait sentir et je me dis que je viens d'en prendre pleins les yeux. Je repense mes sauts et cela est même suffisant pour faire monter mon rythme cardiaque. Des images se gravent dans ma mémoire.

et puis les rêves... qui sont encore nombreux.

La video est pour le moment en streaming ou téléchargeable en basse qualité sur Google!Video.

et si ça vous donne envie...Let me know.
Ben


mardi 6 novembre 2007

Everest : le camp de base














Le voyage, c'est une histoire de famille... Mon fère Yannis revient de son périple sportif au Népal. L'objectif principal était le camp de base de l'Everest à 5300 m d'altitude mais aussi un trek de 3 semaines dans la chaîne de l'Himalaya.

Les photos sont magnifiques... je suis resté bouche bée à les regarder... Bravo Yannis

Le frérot Benjamin